l'Histoire
Les origines, l'histoire, la réussite
1917
/ 1930

Les années ΄17 - ΄30

En 1917 à Turin, Giuseppe Ratti, photographe de son état et propriétaire du magasin d’optique Berry, se lance dans une aventure destinée à un succès international : dans une petite cour située via Caboto, il commence en effet à fabriquer des lunettes à l’avant-garde sur le plan technique, conçues pour satisfaire les exigences des aviateurs et des pilotes sportifs en matière de confort, de protection et de qualité de vision.
 
  • Il crée ainsi les lunettes Protector, réalisées avec des verres ronds fumés, entourées de caoutchouc et maintenues sur la tête par des bandes élastiques, qui seront vite adoptées par les Forces Armées et par les pilotes de l’Aviation Militaire Italienne
  • Intuition, génialité, innovation et qualité : grâce à ces qualités, les Protector sont adoptées par l’armée de l’air de nombreux pays, y compris aux États-Unis. Elles sont utilisées par des as de l’aviation, de l’automobilisme et du motocyclisme du calibre de D'Annunzio, De Pinedo, Ferrarin, Chiron, Nazzaro, Fangio, Opessi, Bolognini et Ghersi pour ne citer que les plus grands.
  • Les Protector reçurent un baptême vraiment spécial de la part du major Gabriele d'Annunzio (pour lequel on créa un modèle sur mesure) et du capitaine Natale Palli, le 9 août 1918, lors de leur vol historique sur Vienne, ainsi qu’avec Francesco De Pinedo qui les portait durant sa traversée de l’Atlantique en avion qui dura 193 heures.
  • Sous le crayon d’un grand dessinateur, Eugenio Colmo, alias Golia, prend vie en 1920 le "petit chinois", le personnage qui caractérisera le magasin Berry de via Roma et accompagnera pendant 50 ans, avec ses évolutions graphiques, la communication publicitaire des produits Ratti, avec en premier lieu la ligne Persol née dans les mêmes années.
  • Les années 20 voient naître aussi les célèbres verres jaune-brun, réalisés en verre neutre à base de silice très pur et qui seront montés sur toutes les lunettes Persol. Leur particularité est due à un procédé spécial d’usinage “dans la masse” qui en définit la teinte et garantit une très haute protection contre les rayons solaires nocifs
  • Nous sommes en 1924 et les Protector obtiennent le premier de 14 brevets internationaux ! Composées de 41 pièces qui demandent 43 opérations distinctes de montage, en 1927, après une analyse attentive, les Protector sont adoptées également par le Département Militaire Suisse.
  • L’évolution successive du modèle Protector, guidée par l’intuition et par l’envie de réaliser des lunettes de soleil vraiment révolutionnaires du point de vue de la qualité et du confort, conduit à la création de la marque Persol (qui signifie “pour le soleil” pour souligner la fonction de protection contre les rayons solaires).
  • Les caractéristiques extraordinaires de ce produit innovant seront le design essentiel, le verre minéral spécial qui fait la fierté de Persol, la Flèche (détail fonctionnel et enjoliveur qui deviendra typique de la marque) et le Meflecto, c’est-à-dire un système pour rendre les branches flexibles afin d’offrir le maximum de confort.
  • À la fin des années 30, Persol introduit le système Meflecto, la première branche flexible au monde, qui est encore l’élément distinctif de la marque. Il s’agit d’une branche, rendue flexible par l’introduction de cylindres en nylon ou en métal avec une âme en acier inox, qui assure un confort absolu, en favorisant l’adaptabilité à chaque visage.
  • Dans les mêmes années, l’application du concept du Meflecto aboutit à la création du Persol Victor Flex. Véritable concentré de technologie, les lunettes sont munies d’un pont flexible (le “pont à 3 entailles”, utilisé encore aujourd’hui dans le mod. 649), qui permet une courbe confortable en augmentant l’adhérence au visage. Dans les nouveaux modèles, un renfort métallique interne est aussi appliqué aux branches pour les régler en longueur et les courber suivant la forme de la tête.
  • C’est aussi à cette période qu’apparaît la Flèche qui fait l’unicité de la marque : la charnière est en effet ornée d’un enjoliveur au niveau de la branche représentant une flèche, s’inspirant de l’épée des guerriers de l’antiquité. L’innovation, née de l’intuition de Ratti, est immédiatement brevetée dans différents pays.
  • La flèche sera déclinée en de nombreuses versions avant d’aboutir, à travers des évolutions et des mises au point techniques et esthétiques, à la flèche “Suprême” qui caractérise encore de nos jours la marque Persol. Grâce à ce détail à la fois fonctionnel et esthétique, Persol est vite reconnue et imitée dans le monde entier pour son style très particulier.
  • 1957 est l’année de la création du modèle 649, réalisé pour les conducteurs de tram de Turin qui avaient besoin de lunettes amples pour se protéger de l’air et de la poussière. L’originalité de leur design les conduit rapidement à un grand succès qui entraînera de nombreuses imitations. Le mythe est consacré en 1961 quand Marcello Mastroianni les porte dans le film “Divorce à l’italienne”.
  • Protégé par de nombreux brevets et marques déposées, le modèle 649 (encore aujourd’hui extrêmement actuel et présent dans la collection) est le symbole par excellence du design Persol. Sa particularité lui a valu d’être inséré dans le recueil français de 1994 intitulé “Qualità : scènes d’objets à l’italienne”, parmi les objets les plus représentatifs de la créativité italienne d’hier et d’aujourdhui.
  • Dans les années 60, Persol devient l’un des fleurons de l’industrie italienne. À la production traditionnelle vient s’ajouter celle de lunettes de travail, les Labor, des lunettes de protection pour le soudage avec des filtres spécifiques pour les différentes applications. C’est une ligne qui vit de recherche et de spécialisation et regroupe plus de 35 brevets internationaux et qui place le nom de Persol aux premiers rangs de l’industrie optique mondiale.
  • 1962 est l’année de la conquête du marché américain (toutefois avant cette date, Persol fournissait déjà à la Nasa le modèle “quatre verres”)..
  • À cette période, les lunettes Persol sont de plus en plus portées par de grands personnages, pas seulement des pilotes et des sportifs, mais aussi des stars du cinéma et du spectacle comme Greta Garbo et Steve McQueen qui les adoptent tant sur les plateaux de tournage que dans la vie de tous les jours.
  • Les années 80 perpétuent la grande attention que Persol réserve depuis toujours à l’innovation technologique et au soin de ses propres produits. Elle participe en effet à différentes expéditions pour tester les verres à haute altitude et dans le désert, en en vérifiant ainsi les performances dans des conditions extrêmes et pour expérimenter l’emploi de matériaux innovants.
  • Dans les années 80 et 90, les lunettes Persol sont donc mises à l’épreuve dans les conditions les plus extrêmes, comme dans l’expédition aux îles Svalbard dans le nord de la Norvège, la sponsorisation et la participation à plusieurs éditions de la Paris-Dakar, l’équipement d’un team complet à l’occasion du Rallye des Pharaons en 1991.
  • En Sibérie, à Vorkuta au-delà du 75e parallèle, à –65°C, les astronautes russes parachutés pour des exercices de survie, étaient équipés de lunettes Persol munies de verres multicouches polarisés.
  • Mais ce n’est pas tout : l’alpiniste Enrico Rosso porte des Persol en 1989 pour son ascension du sommet himalayen Kun (7087 m). Il est accompagné de l’ophtalmologue Paolo Gugliermina, qui s’occupe d’expérimentation oculaire : à son retour, il attestera qu’aucun des membres de l’expédition n’a souffert de troubles oculaires grâce à la protection des verres Persol spécialement mis au point pour l’occasion.
  • D’autres expéditions sur l’Himalaya, comme l’ascension du Cho Oyu, la “Déesse des Turquoises” culminant à 8201 mètres, se dérouleront au début des années 90. Les Persol sont encore de la partie pour ces bancs d’essai hors du commun, avec des personnalités indiscutées de l’alpinisme comme Reinhold Messner, qui ont permis d’effectuer des études et des tests optiques très importants sur la qualité des verres Persol.
  • Du grand bagage d’informations accumulées aux côtés des sportifs, naît en 1990 la ligne “Persol Sport”, créée pour protéger les yeux de qui pratique une activité sportive. Dans ces années, l’image de Persol se lie entre autres à des personnages du monde du sport comme Jean Alesi (dans les années 1996-97).
  • L’image féminine Persol est confiée au début des années 90 à la grande actrice Ornella Muti, pour laquelle Persol crée des lunettes qui remportent un succès énorme (l’élégant modèle 830) puis, dans les années 93-94, à un mannequin d’exception, Carol Alt. On lui dédie à elle aussi un modèle personnalisé : le modèle Carol 853
  • En 1991 la première boutique Persol ouvre à Los Angeles, dans le mythique Rodeo Drive à Beverly Hills, paradis du shopping le plus exclusif, en démonstration de la préférence d’un public de plus en plus vaste. En 1994, Persol est présente dans 40 pays du monde, vendue dans 3500 points de vente en Italie et dans plus de 12000 dans le reste du monde. Son succès est indiscutable, pour le raffinement des modèles proposés, Persol est choisie pour les campagnes publicitaires de grandes marques dans le monde de la mode
  • En avril 1995 le groupe Luxottica, leader mondial du secteur, achète la marque Persol et en fait une grande réalité internationale. Persol devient ainsi l’une des marques les plus importantes dans le panorama de la lunetterie mondiale, tout en conservant ses racines et sa fidélité à la tradition et à la qualité : Luxottica continuera, en effet, à produire les Persol dans l’usine historique de Lauriano (Turin) où elles sont réalisées encore aujourd’hui avec le soin et la perfection qui ont fait leur réputation.
  • En 1995, le modèle 649 est choisi pour représenter la relation existant entre la mode, le design et la technologie et figure dans l’exposition “Entre la Mode et le Design, ligne infinie” à la Triennale de Milan, à côté des créations d’Armani, Cartier, Mary Quant, Prada, Rolex et tant d’autres. En 2004, on le retrouve à Florence dans l’exposition “Excess. Fashion & Underground dans les années 80” en compagnie de nombreux éléments de la culture pop contemporaine, parfait témoignage d’un mythe intemporel.
  • Persol a souvent choisi des ambassadeurs d’exception : des personnages déjà cités comme Ornella Muti, Jean Alesi et Carol Alt mais aussi Maria Grazia Cucinotta, Alessandro Del Piero (dans les années 98-99) et Filippo Inzaghi (ambassadeur 2004) : de grands noms qui ont préféré la légende Persol et ont su en interpréter, avec élégance et originalité, le style et le caractère.
  • Nombreux sont les gens célèbres qui au cours des années ont choisi Persol et sa qualité en devenant des “testimonials” spontanés de notre marque : de grands sportifs, des noms en vue du monde international des affaires et, surtout, des de grandes stars du cinéma, l’univers privilégié de Persol.
  • Protagonistes de nombreux films, les modèles Persol habillent les regards des grands noms du cinéma mondial qui ont choisi les lunettes de soleil italiennes par excellence non seulement sur les plateaux de tournage mais aussi dans la vie de tous les jours : une longue “filmographie” commencée dans les années 60 qui ne cesse de grandir, une histoire d’amour vraiment magique et spéciale entre Persol et le cinéma.
  • Débutant un nouveau chapitre dans l'histoire de Persol, les légendaires 649 osent évoluer. Aujourd'hui, le futur se mêle à la légende. Tout en conservant leur forme caractéristique, les lunettes dévoilent des formes plus fines et plus légères.
1917-1930
1930-1950
1950-1970
1970-1990
1990-Today
1917
/ 1930
Les années ΄17 - ΄30
En 1917 à Turin, Giuseppe Ratti, photographe de son état et propriétaire du magasin d’optique Berry, se lance dans une aventure destinée à un succès international : dans une petite cour située via Caboto, il commence en effet à fabriquer des lunettes à l’avant-garde sur le plan technique, conçues pour satisfaire les exigences des aviateurs et des pilotes sportifs en matière de confort, de protection et de qualité de vision.
1930
/ 1950
Les années ΄30 - ΄50
L’évolution successive du modèle Protector, guidée par l’intuition et par l’envie de réaliser des lunettes de soleil vraiment révolutionnaires du point de vue de la qualité et du confort, conduit à la création de la marque Persol (qui signifie “pour le soleil” pour souligner la fonction de protection contre les rayons solaires).
1950
/ 1970
Les années ΄50 - ΄70
1957 est l’année de la création du modèle 649, réalisé pour les conducteurs de tram de Turin qui avaient besoin de lunettes amples pour se protéger de l’air et de la poussière. L’originalité de leur design les conduit rapidement à un grand succès qui entraînera de nombreuses imitations. Le mythe est consacré en 1961 quand Marcello Mastroianni les porte dans le film “Divorce à l’italienne”.
1970
/ 1990
Les années ΄70 - ΄90
Les années 80 perpétuent la grande attention que Persol réserve depuis toujours à l’innovation technologique et au soin de ses propres produits. Elle participe en effet à différentes expéditions pour tester les verres à haute altitude et dans le désert, en en vérifiant ainsi les performances dans des conditions extrêmes et pour expérimenter l’emploi de matériaux innovants.
1990
/ TODAY
Depuis ΄90 jusqu'aujourd'hui
L’image féminine Persol est confiée au début des années 90 à la grande actrice Ornella Muti, pour laquelle Persol crée des lunettes qui remportent un succès énorme (l’élégant modèle 830) puis, dans les années 93-94, à un mannequin d’exception, Carol Alt. On lui dédie à elle aussi un modèle personnalisé : le modèle Carol 853.